Ce projet avança  à coup de 20 minutes par-ci et 20 minutes par là. Je développai ou plutôt expérimenta  différentes techniques au fur et à mesure que la boite prenait forme.

Tout le matériel est du recyclé. Il comprend des restes de céramique, une vieille lampe cassée pour les besoins de la cause, des cailloux de rivières, des morceaux de la coque d'une douche, du fil de téléphone, des restes de bordures en métal pour délimiter la céramique, des coins en aluminium d'une vieille tablette. Même les  pentures ont été trouvées à même du vieux stock…conservées au cas où ;-).

En prenant donc mon temps, en dormant dessus à maintes reprises…plusieurs chemins se sont offerts à moi pour la fabriquer sans trop de difficultés.

Psst…je dois vous dire et vous allez rire, en réalisant ce projet, je comparais souvent mon approche à une implosion..hihi .  Oui, oui….ayant une vision assez précise du produit final …j’ai eu tendance à commencer par la fin en y allant à reculons et à tâtons.  Hummm….tout ça est un peu difficile à expliquer…hihi.

Un exemple alors; j’ai fabriqué le couvert avant de faire sa base. J’ai appliqué la céramique sur ce couvert également avant de faire l’ossature…la base sur laquelle le couvert vient s'appuyer.

J'ai même réalisé m’y prendre régulièrement de reculons dans mes projets !!! Je ne fais pas exploser le projet, je le fais imploser…lolll. Un peu comme les astrophysiciens essaient de recréer le Big Bang ou découvrir une autre dimension par la disparition de gravitons! Ils y vont à tâtons !

Pour ma part....je vais revoir mes approches car parfois je perds beaucoup trop de temps….mais j’apprends beaucoup par mes erreurs par ailleurs. Enfin hein... ;-)

L’ossature est en fibre de verre provenant d’une douche monocoque que j’ai défait dans un coin reculé du sous-sol (une douche dans un atelier…j’avais rarement vu ca…hihi)

Puis, je solidifiai cette ossature avec des coins d’aluminium provenant d’une étagère qui trainait également au sous-sol en arrivant ici et que j’avais défait en morceaux assez rapidement.

En coupant le fibre de verre...je n'en suis pas revenu de constater comme c'est incommodant de travailler cette matière. Je porte maintenant un masque, des lunettes de sécurité et manipule les morceaux avec des gants tellement les particules qui s’en détachent sont coupantes et « pognent » à la gorge. J’ai dû en respirer sans trop m’en rendre compte au début car la différence est frappante depuis  que j’utilise un masque. Ouffff….

Tous les matériaux sont à l’épreuve des intempéries…donc cette boite aux lettres devrait tenir le temps….surement mieux que mes articulations..hihi…quoique les pentures seront surement mises à rude épreuve par le facteur et ceux qui distribuent le publi-sac!

 

boite aux lettres originale